FR
︎


Pour oublier je dors en chien de fusil, 2019
Dispositif performatif (store solaire, seaux, tubes, tabourets de réemplois, gouttière,...) Dimensions: l.270cm x L.350cm x H. 510cm

︎ Lien actif vers une vidéo du dispositif allumé 


Une lignée de tabourets de réemplois est posée sur des sacs cabas multiusages; ils ont été démantibulés et scotchés les uns avec les autres par un ruban adhésif; ils donnent l’image d’une bâche précaire, d’un campement de fortune.

Les tabourets qui font front aux spectateurs, pareils à des vestiges fantômes, évoquent, de par leurs diversités de formes et de couleurs, le rassemblement de différentes populations.

Une dizaine de seaux, tous différents, siègent sur chacun des tabourets et réceptionnent une eau colorée qui se déverse depuis un store pour extérieur déployé et placé sur le mur à 5m du sol. L’eau de couleur rouge est une métaphore du réel, du sang.

Des tubes transparents sont accordés à l’arrière de chaque saut jusqu’à un bidon curtec, où un tuyau plus large renvoie l’eau à une gouttière, placée au-dessus du store; créant une pluie artificielle.

Les éléments sont disparates et le dispositif ambigu : deux performeurs, munis de gants de nettoyage et de serpillières, essuient le sol lorsque le dispositif est activé. Bien qu’il s’agisse d’éléments assemblés, ils sont simplement posés. 



ENG
︎


Pour oublier je dors en chien de fusil, 2019
Performative devic (solar awning, buckets, tubes, re-used stools, gutter) Dimensions: l.270cm x L.350cm x H. 510cm



A line of reusable stools is placed on multi-purpose shopping bags; they were torn and taped together with adhesive tape; they give the image of a precarious tarpaulin, a makeshift encampment.

The stools that face the spectators, like ghostly vestiges, evoke, by their diversity of shapes and colors, the gathering of different populations.

A dozen buckets, all different, sit on each of the stools and receive a colorful water that pours from an awning deployed and placed on the wall at 5m from the ground. Red water is a metaphor for reality, blood.

Transparent tubes are tuned at the back of each bucket up to a curtec can, where a wider pipe returns water to a gutter, placed above the blind; creating an artificial rain.

The elements are disparate and the device ambiguous: two performers, equipped with cleaning gloves and mops, wipe the ground when the device is activated. Although they are assembled elements, they are simply laid. 




Copyright © Pauline François. All rights reserved.