FR
︎


Homme de douleurs, 2019 Installation multimédia
(écran de projection screen colors, ceintures mixtes de réemplois, pico projecteur,...) Dimensions: variables

︎ Lien actif vers une vidéo de l’installation 


Un écran de projection est placé à l’horizontale, à 40 cm du sol; l’écran est tendu entre deux murs à l’aide de trois ‘chaînes’ de ceintures. Un extrait d’une vidéo en mode Slow Motion empruntée sur YouTube (une punition corporelle pratiquée dans un pays du Moyen-Orient) est mis en boucle, sans son, dans le dispositif. La prise de vue en plongée sur le supplicié, l’ombre des tortionnaires et celles des spectateurs se confondent, plaçant ce dernier face au sujet réel de l’installation. La proposition fait barrage aux visiteurs, ils sont obligés de l’enjamber pour poursuivre la visite.

« Homme de douleurs invite tant le regard que le corps : l’image projetée au ras du sol, amalgamant les ombres des regardeurs et des tortionnaires, tient d’un miroir où se confond la place des uns et des autres et où s’abîment l’attirance, l’innocence et la domination. En deçà ou au-delà de la métaphore, l’œuvre relève d’une mise en action : détourner ou non le regard, enjamber les chaines et les trouver belles, ausculter la peau et les plaies. » Benoît Dusart



ENG
︎


Man of pains, 2019  Multimedia installation
(screen projection screen colors, mixed reuse belts, pico projector,...) Dimensions: variables
 
︎ Active link to o a video of the installation


A projection screen is placed horizontally, 40 cm from the ground; the screen is stretched between two walls using three «chains» of belts. An excerpt from a slow motion video borrowed from YouTube (a corporal punishment practiced in a Middle Eastern country) is looped, without sound, in the device. The view down on tortured, the shadow of the torturer and those of the spectators merge, placing the latter facing the real subject of the installation. The proposal blocks visitors, they are forced to step over to continue their visit.

« Man of pains, invites both the gaze and the body of the viewer: the image projected close to the ground, mixing both the shadows of viewers and torturers, is the result of a mirror where the positions of each merge and where attraction, innocence and domination are engulfed. Beneath or beyond the metaphor, the work comes to life through the viewer: to choose to look away or not, stepping over chains and finding them beautiful, examining skin and wounds. » Benoît Dusart




Copyright © Pauline François. All rights reserved.